Participation publique - Énergie et climat - Sol

projet_gouveole

La croissance de la production éolienne est au cœur des stratégies fédérales et cantonales de transition énergétique. Pourtant, les projets de parcs éoliens, notamment dans l’Arc jurassien, suscitent pour la plupart des tensions, voire des conflits, entre les autorités publiques, les usagers des territoires, les organisations non-gouvernementales environnementales et les promoteurs-développeurs de cette nouvelle industrie.

Le projet de recherche Gouvéole – « Gouvernance territoriale de l’activité éolienne » étudie les processus d’acceptabilité et d’opposition qui s’expriment à l’occasion du développement de ces parcs éoliens.

À travers l’étude comparative de quatre cas, il vise à mettre en évidence :

  • Valeurs et connaissances : les valeurs et les connaissances qui fondent les rapprochements et les oppositions entre les groupes sociaux
  • Droits et politiques : le rôle des droits de propriété et des politiques publiques dans la régulation de la conflictualité
  • Mécanismes de compensation : l’importance de ces mécanismes de compensation financière ou d’une autre nature
  • Information et décision : l’influence des outils d’information et d’aide à la décision mobilisés sur les positions défendues par les acteurs impliqués et la construction d’un accord, favorable ou non à l’éolien

Sur la base de ces résultats, l’objectif est également d’élaborer des outils d’ingénierie sociale pour accompagner les acteurs des territoires concernés. Le projet de recherche Gouvéole réunit des chercheurs de la Haute école d’ingénierie et de gestion du Canton de Vaud (Heig-vd, membre de la Haute école spécialisée de Suisse Occidentale (HES-SO), Institut G2C, équipe Plani-D), de l’Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP, Unité Politiques publiques et durabilité) de l’Université de Lausanne et de l’Université de Berne (Institut de Géographie).

Le projet Gouvéole est financé par la Division 1 du Fonds national suisse de la recherche scientifique de mars 2014 à février 2017.

Chercheurs Plani-D impliqués : Pierre-Henri BombengerAdeline Cherqui, Marie-Joëlle Kodjovi, Florent Joerin